Dédiée à l’influence de l’homme sur son environnement, à la croisée entre écologie et engagement dans la société, cette approche est basée sur la compréhension que l’effort le mieux intentionné pour changer les choses peut être miné par notre tendance à solidifier les idées, situations et – plus fondamentalement notre sens de : «moi, moi je pense que, j’ai raison !». En particulier lorsque nous faisons face à des situations intenses il est facile de nous réfugier dans nos schémas habituels. Le résultat est que bien souvent que ce soit au niveau d’une organisation, d’une nation ou d’une communauté, on peut voir des gens qui appellent à la révolution mais qui utilisent leur philosophie ou techniques de la même vieille façon.

Chögyam Trungpa, un maître bouddhiste renommé, disait: « L’ego est capable de tout convertir a son usage, même la spiritualité».

Malgré nos visions larges, on essaye souvent de créer ou recréer un monde sécurisé, étroit et prévisible. Alors, l’apprentissage réel, la transformation d’une situation ne peuvent pas se produire. Associer notre envie de contribuer à la pratique de la méditation assise - ainsi qu’à la pratique des arts contemplatifs : la pratique des arts nous permet d’explorer un esprit frais et impartial et fait ressortir d’une manière aiguë la connexion entre aspiration, perception et action - peut être une façon de donner une base à notre démarche.




La méditation assise met en exergue les fondements de l’action dans la société : - Il n’y a rien de certain. Le changement est la seule constante. - Nous vivons dans un monde de réseaux interdépendants où les évènements peuvent avoir une influence subtile et inattendue. - Pour laisser la sagesse inhérente des situations émerger nous devons vouloir lâcher nos idées fixes et suppositions, préjugés. - Nous avons tous de riches ressources : intelligence, créativité, décence qui sont largement sous utilisées ou inexploitées. Il s’agit de comprendre comment en tant qu’individus ou organisations nous pouvons lâcher une vision personnelle et partiale pour construire une vision collective partagée, basée sur la confiance en soi, l'expérience et la réalité d'une situation, et de répondre avec créativité au chaos et au changement, dans un respect de soi, des autres et de la planète!

“ Vous ne pouvez contrôler le chaos, si vous essayez de le faire, vous en créez encore plus”. Chögyam Trungpa